Partagez|

Eileen Weir | She's a killer queen

KAPPA
avatar
Nombre de messages : 230
Année : 3ème
Option : Droit
Célébrité : Gemma Arterton
Crédit : Mach' / Tumblr
Date d'inscription : 12/10/2008
Jukebox : Sympathy for the devil - The Rolling Stones; Let's dance/ Life on mars- David Bowie; Sadness is a blessing - Lykke Li; Friday i'm in love - The Cure; You only live once - The Strokes; Pile driver waltz - Alex Turner; Albion - The Babyshambles; Walk on the wild side - Lou Reed; Femme Fatale - The Velvet Underground; et tant d'autres...


Feuille de personnage
Disponibilité RP:

:
MessageSujet: Eileen Weir | She's a killer queen Mer 31 Oct - 15:17



Eileen Weir


feat. Gemma Arterton

En général


âge • 20 ans
date et lieu de naissance • New York
fraternité • Kappa
option • Majeure : Droit ; Mineure : Théâtre
année • 3ème année

Identité.


Solaire. Voilà sans nul doute l’adjectif qui revient le plus souvent sur toutes les lèvres lorsqu’il s’agit de décrire la jeune femme. Effectivement, Eileen a cet incroyable don d’attirer et d’éblouir les autres par sa personnalité lumineuse, faisant ainsi d’elle la compagne idéale lorsqu’il s’agit de s’amuser. Incroyablement extravertie, ni la peur du ridicule ni celle de l’excès ne parviennent à la faire reculer lorsque son enthousiasme se trouve stimulé. Ce trait de caractère a longtemps fait de la jeune femme le centre de l’attention de chacun des événements dans lesquels elle se trouvait impliquée. Mais si l’agitation et le contact humain l’attirent, la jeune femme ressent un certain malaise lorsqu’il s’agit se trouver sous les feux de la rampe, d’où sa tendance à s’entourer d’une bande de jeune gens aussi tapageurs que possible, histoire de détourner d’elle l’attention du reste du monde. Cependant, s’arrêter à l’incroyable sociabilité de la jeune femme reviendrait en réalité à décrire une coquille vide, car ce n’est pas en société qu’Eileen brille le plus, un peu comme s’il elle réduisait volontairement sa personnalité afin de mieux se fondre dans la masse. Effectivement très douée pour nouer une multitude de relations superficielles, la jeune femme possède quelques difficultés à s’attacher réellement, rendant son cercle de proche plus que restreint. De ce fait, elle peut paraître peu fiable ou distante une fois les banalités d’usage passées, attitude qui s’explique par une difficulté à s’ouvrir aux autres lorsqu’il s’agit de ses pensées intimes et de sa vie avant son arrivée à Harvard. Car, quoi de plus efficace qu’une apparente frivolité pour décourager les plus perspicaces de ces interlocuteurs ? Et c’est justement lorsqu’une intimité se crée entre Eileen et son auditoire que le charme opère, révélant ainsi une fragile aura de charisme trop souvent étouffée par le bruit et l’agitation dans lesquels elle évolue. Enfin, bien qu’étant l’image même de la tolérance et de l’affabilité, Eileen possède également un sens de l’humour très particulier, savant mélange de moquerie et de cynisme. Sens de l’humour qui contribue, une fois de plus, à alimenter l’aspect insaisissable de la jeune étudiante en conférant à chacune de ses paroles une certaine ambiguïté. Toute personne non-habituée à côtoyer la jeune femme, se trouve ainsi facilement tour à tour amusé, dubitatif voire choqué face à l’humour particulier dont elle fait preuve. Le plus souvent, c’est cette part même de la personnalité de la jeune Weir qui fait le moins d’émules et qui nourrit sa réputation de légère excentrique. A vrai dire, elle n’a pourtant rien d’une marginale mais s’avère seulement capable d’être un sévère juge de la nature humaine que ce soit en ce qui la concerne ou bien en ce qui concerne son prochain. Enième paradoxe de sa personnalité : par ce biais, elle juge sans juger puisque l’humour lui permet d’énoncer des réalités sans pour autant que cela ne sonne vraiment comme un reproche.



Histoire


L’adolescente allongea ses longues jambes en un simulacre d’étirement puis les croisa, apposant ses deux mains nouées sur son genou et esquissa un sourire à l’homme de l’autre côté du bureau.

« - J’ai toujours imaginé que les patients s’allongeait sur un divan tandis que le médecin s’installait dans un immense fauteuil en cuir juste derrière eux lors d’une consultation chez le psy. »

Ce que la jeune fille se retint d’ajouter c’était que l’actuelle situation lui donnait plutôt l’impression d’être convoquée dans le bureau du principal. L’homme ne releva même pas sa remarque, se contentant d’un bref haussement de sourcil.

« - J’imagine que vous êtes au courant de la raison pour laquelle on vous a envoyée ici ?
- Hum, parce que mon père est à la fois paranoïaque et incapable de régler les conflits directement ?
- Vous niez donc que c’était de la Marijuana que votre père vous a surprise entrain de fumer il y a peu ? »

Effectivement, cette consultation prenait de plus en plus l’allure d’une réunion disciplinaire. Elle haussa les épaules.

« - Je ne nie rien du tout, je remets simplement en doute la pertinence de ce rendez-vous. Mettons immédiatement les choses au claire, oui mon père m’a surprise en train de fumer un joint, non je ne suis pas une toxico, même pas une consommatrice régulière à vrai dire. Des amis l’ont oublié chez moi, j’ai voulu tester et je me suis fait attraper, cela aurait du en rester là mais au lieu de me crier dessus un bon coup et de m’interdire toute sortie pendant quelques semaines mon père a préféré m’envoyer ici, c’est drôle n’est ce pas ?
- Les mots que vous avez choisis sont intéressants, malgré vos dires, vous comprenez exactement les raisons pour lesquelles votre père vous a pris ce rendez-vous. Vous vous défendez tout de suite d’être toxicomane parce que vous savez que c’est la première idée qui lui a traversé l’esprit à l’instant où il vous a vu consommer de la drogue…
- Et voilà, on en revient toujours au même point. Bien qu’elle l’ai interrompu, Eileen laissa filer une poignée de secondes avant d’enchaîner avec sa deuxième déclaration. Je ne suis pas ma mère.
- Comment pouvez-vous savoir que vous n’êtes pas votre mère ?
- Pardon?
- Qui est votre mère selon vous ? Comment pouvez-vous avancer avec certitude que vous ne lui ressemblez pas au moins sur certains points ?
- Ma mère est une cocaïnomane qui a développé un trouble bipolaire, ou une bipolaire devenue toxicomane, étant donné que je l’ai toujours connue ainsi, difficile de déterminer où est la cause et où est l’effet…
- Et la personnalité de votre mère se résume vraiment à ça dans votre esprit ?
- Oh, mais ma mère est bien plus que ça. A la base, c’est surtout une charmante étudiante en art tchèque ayant émigré aux Etats-Unis pour étudier, puis elle est devenue une mère célibataire de 19 ans un peu paumée avec un visa étudiant sur le point d’expirer, et là tadaaam apparaît le prince charmant sous les traits d’un brillant avocat américain qui tombe follement amoureux d’elle, l’épouse, la transforme en bourgeoise accomplie rang de perle compris, adopte son fils né de père inconnu et adule la seule fille qu’elle lui a donné. Après 20 ans de mariage, un nombre incalculable de dérapages et de séjours en centre de désintox’, il lui voue encore un amour inconditionnel et une patience aussi illimitée que les fonds bancaires mis à sa disposition. Eileen prit une longue inspiration avant de poursuivre. Ma mère a bien des facettes, mais en l’occurrence, dans la situation dans laquelle je me trouvais, c’est bien la première évoquée à laquelle mon père a pensé.
- En voulez-vous à votre père d’avoir toujours soutenu votre mère ? Considérez-vous qu’il n’a pas été capable de protéger sa famille des faiblesses de votre mère ? »

Eileen éclata de rire, étonnamment son ton n’avait rien d’amer et elle ne semblait pas sur la défensive, seule sa position légèrement fermée laissait transparaître un certain malaise. Mais qui pouvait se targuer d’être tout à fait à l’aise lorsqu’il s’agissait de sa vie intime ?

« - Vous savez, ma mère reste ma mère, si elle n’est exactement un modèle de sollicitude maternel il y a longtemps que j’ai renoncé à lui en vouloir pour quelque chose qu’elle ne contrôle manifestement pas.
- Et votre père ? Vous avez plus ou moins sous-entendu que la discipline n’était pas son fort…Nouvel éclat de rire.
- Vous n’avez vraiment pas à vous inquiéter de ma relation avec mon père, on s’entend à merveille. Il est incapable de me punir parce qu’il ne saurait même pas comment procéder et puis je ne lui en ais jamais trop donné l’occasion.
- Vous cachez donc vos écarts à votre père ?
- Je vous vois venir, le fait qu’il me surprenne était réellement involontaire, je n’ai pas cherché à lui lancer d’appel au secours implicite, ou je ne sais quoi. Il m’arrive parfois de faire ce que vous appelez des écarts comme la plupart des jeunes de mon âge et de mon milieu social, mais je ne suis pas non plus complètement inconsciente, et par respect pour mon père c’est vrai que je m’arrange pour qu’aucune de mes actions ne lui fasse de tord, mais je pense qu’il ferme pas mal les yeux sur ce qu’il pourrait deviner. Disons que c’est un commun accord, du moins ça l’était visiblement…
- Et votre demi-frère ?
- Toute la famille doit vraiment y passer ? Je m’entends très bien avec Anton, il est plus âgé et il ne cautionne pas toujours tous mes actes, mais c’est son côté slave qui le pousse à toujours tout dramatiser… surtout lorsqu’il s’agit de sa famille.
- Et ses relations avec vos parents ?
- J’ai l’impression que mes proches sont bien plus passionnants que moi, c’est bon signe pour moi ça non ? »

Toujours aucun signe de tension ou de nervosité chez l’adolescente, celle-ci venait même à l’instant de décroiser les mains pour coincer une mèche de cheveux derrière son oreille droite et les laissaient maintenant reposer tranquillement sur l’accoudoir de son siège.

« - Avez-vous peur que votre mère vous ait transmis ses troubles ou son addiction ?
- Mon père croit réellement que c’est le cas ? N’est ce pas à vous de le déterminer, d’ailleurs ?
- Pourquoi ne pas lui poser directement la question ?
- On ne discute pas vraiment de ces choses là chez moi.
- Donc votre hérédité ne vous préoccupe pas ?
- Ca c’est plutôt le truc d’Anton, se préoccuper de son hérédité… »

Il était clair que cette dernière réflexion lui avait complètement échappé. Le médecin lu un certain gêne dans le regard de la jeune fille mais celle-ci se reprit bien vite et se pencha vers lui.
« -Ecoutez, je suis venue par respect pour mon père et parce que je tiens à ce qu’il me laisse partir à l’université l’esprit tranquille. Malgré les circonstances, je suis une personne saine, oui je me permets certains excès, oui parfois ceux-ci sont plus ou moins légaux mais je n’agis pas pour noyer des désillusions, je m’amuse simplement et je n’éprouve aucunement le besoin de prendre des stupéfiants pour ça. Je ne suis pas une de ces gamines de la upper class dépressives et désabusées. Je viens même d’apprendre que j’étais admise à Harvard et je compte bien mener des études brillantes tout en profitant de la fac pour me créer des souvenirs mémorables. Je vais maintenant quitter votre bureau non pas parce que je suis en colère mais parce qu’il n’y a rien de plus à dire. Bien entendu votre consultation sera réglée comme une heure complète. »

Sur ces mots, Eileen se leva. Conformément à ses paroles elle ne paraissait pas particulièrement agacée, simplement un brin impatientée. La jeune fille estimait réellement avoir dit ce qu’elle avait à dire et l’opinion du spécialiste lui importait peu en cet instant. Elle ne ressentait aucune inquiétude quant à son devenir…
.

About you


âge • 18 ans
prénom ou pseudo • On va se contenter de mon prénom, Aude.
sexe • Féminin
comment as tu connu le forum ? • Pour ce qui est de la première version de BH, difficile de me souvenir et pour la nouvelle, j'ai reçu un certain mail cet été et ça a été le déclic...
autre chose ? • Concombre



PS (qui n'en est pas vraiment un) : Je sais que mon histoire n'est ni une vraie histoire ni un vrai test rp imposé, il suffit de me le faire remarquer si cela dérange j'ai une petite histoire plus 'classique' au frais au cas où...



_________________


Recommended at the price
Insatiable in appetite
Wanna try ?
You wanna try.

Voir le profil de l'utilisateur
___________________________________________________________
KAPPA
avatar
Nombre de messages : 657
Age : 24
Année : 4eme année
Option : Arts
Célébrité : Gaspard Ulliel
Crédit : © Sulky*
Date d'inscription : 28/08/2012


Feuille de personnage
Disponibilité RP: Libre

:
MessageSujet: Re: Eileen Weir | She's a killer queen Mer 31 Oct - 17:19

Bienvenue What a Face

Nan, nan, c'est impeccable, j'interdis pas le RP pour autant dans les descriptions Razz j'adore le fait d'avoir mis en scène comme ça pour raconter efficacement l'histoire d'Eileen

_________________
    homo-garou Ier
    Mon Image
    Maow !

Voir le profil de l'utilisateur
___________________________________________________________
DELTA
avatar
Nombre de messages : 507
Age : 24
Localisation : Paris/Tours
Année : 4ème
Option : Arts
Célébrité : Alex Turner
Crédit : CRIPSOW (bazzart)
Date d'inscription : 24/06/2008
Jukebox : En ce moment: Eugene McGuinness, Eugene McGuinness, Eugene McGuinness, Eugene McGuinness


Feuille de personnage
Disponibilité RP:

:
MessageSujet: Re: Eileen Weir | She's a killer queen Mer 31 Oct - 18:44

I love you C'est super cool au contraire, ça change!

_________________
Cocaïne won't save you !©

Voir le profil de l'utilisateur http://haveanotherline.tumblr.com
___________________________________________________________
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Eileen Weir | She's a killer queen


___________________________________________________________

Eileen Weir | She's a killer queen

Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROTHERHOOD : Harvard Campus ::  :: Dossiers universitaires :: dossiers validés-